Le Docteur Louis Jacques BEGINBégin

Le Docteur Louis Jacques Bégin (1793-1859), médecin Inspecteur des armées napoléoniennes, Membre du Conseil de la Santé des armées, Commandeur de la Légion d’Honneur.

Ayant décidé de finir ses jours à Locronan, il se retire au manoir de Gorréquer, chez des parents et amis, avant d’y mourir. Il sera inhumé au cimetière de Locronan, avant que sa dépouille, à la demande de sa famille, ne soit transférée à Paris.

L’hôpital d’instruction des armées Bégin à Saint-Mandé porte son nom en hommage

Yves TANGUYtanguy

Yves Tanguy (1900 – 1955) était un peintre surréaliste et ami de André Breton, des frères Prévert, de Dali…

Sa famille était originaire de Locronan où il passait régulièrement ses vacances (maison familiale : rue Lann).

Dernière visite à Locronan de Yves Tanguy en 1953  ==>

 

Aimée de COIGNYCoigny

Sa grand mère, Marie de Névet se maria le au château de la Maignanne en Andouillé avec Jean-Antoine François de Franquetot de Coigny, comte de Coigny (1702-1748).

On assure que sa grand-mère naquit 20 ans après le mariage de ses parents, à la suite d’un pèlerinage à la « Gazeg Vaen ».

Elle est la célèbre héroïne du poème « la jeune captive » d’André Chénier.

« L’épi naissant mûrit, de la faux respecté……….
…..je ne veux pas mourir encore… »
Ce poème fut écrit dans la prison de saint Lazare, peu avant l’exécution d’A.Chénier sous la Terreur, en 1794.

 

 

Charles DANIELOU Danielou

Maire de Locronan, Député, plusieurs fois ministre sous la 3ème République, ami d’Aristide Briand, il fut à l’origine du classement de la cité de Locronan au titre des Monuments Historiques.
– son fils Jean, cardinal, éminent théologien catholique, a réalisé une oeuvre scientifique considérable.
– son fils Alain, célèbre orientaliste, musicologue et musicien, eut sa vie profondément marquée par la culture indienne, auteur de nombreux ouvrages (Anthologie musicale de l’Orient – Le chemin du labyrinthe).

 

Jean Louis de Leissegues de Rozaven

Né à Locronan en 1772, Jean Louis de Leissegues de Rozaven, fils d’un procureur fiscal du prieuré de Locronan, parcourt l’Europe avant de passer en Russie où il entre, le 28 mars 1804, dans la Compagnie de Jésus (jésuite). En 1817,il écrivait de Russie à une nièce de Quimper qui lui demandait de prier pour que cessât sa stérilité:
« Mais, à propos, vous devez savoir que notre saint Ronan, patron de Locronan, est efficacement invoqué par les femmes qui sont dans le même cas que vous. Anne de Bretagne, reine de France, a obtenu des enfants par l’intercession de ce saint; votre grande tante Guesdon a aussi été exaucée en faisant le pélerinage… »